[Test] Dark Souls II: Scholar of the First Sin

 

darksouls2-ban

Dark Souls II : Scholar of the First Sin, une version complète et améliorée contentant les 3 DLC de la trilogie The Lost Crowns (Sunken King, Old Iron King, Ivory King) est disponible depuis quelques jours sur Xbox One avec d’autres bonus ici et là. Bien évidemment, ce qui saute directement aux yeux, ce sont les graphismes qui passent en 1080p et 60fps avec quelques rares chutes de framerate, faut-il le préciser. Mis à part ça, FromSoftware a également revu l’équilibrage du jeu, rajouter des éléments d’histoire, améliorer les fonctions multijoueur et enfin, augmenter le nombre d’ennemis avec des emplacements parfois différents de l’opus original sorti l’année passée. Soit, après +/- 75 heures de jeu où j’ai passé mon temps à essayer d’explorer les moindres recoins, j’arrive près du boss final et je n’ai même pas encore commencer les DLC. D’ailleurs, pour être honnête, il y’a pleins de secrets que je n’ai pas encore découvert, il me reste des serments à honorer et je ne suis donc pas prêt à passer en New Game +. Et oui, Dark Souls fait partie de ces jeux où il faut s’investir pendant de longues heures de jeu, où il faut savoir être patient et prudent sous peine de mourir encore et encore.

Dark_Souls_II_Scholar_of_the_First_Sin_4_1427899028

Pour expliquer ce qu’est Dark Souls aux nouveaux venus, il s’agit en fait d’un jeu d’aventure où il faut explorer des zones remplies de pièges et d’ennemis, jusqu’à arriver à des boss très coriaces. Ces fameux boss possèdent tous un objet ou une clé qui va vous permettre de progresser, même si l’architecture du jeu vous offre énormément de liberté en ce qui concerne votre destination. En progressant, vous récoltez des âmes qui va vous permettre de renforcer votre personnage avec des armes et armures chez les marchands, mais aussi de distribuer des points de statistique pour améliorer votre force, votre vitalité, ou encore la charge que vous pourrez porter par exemple. Ces points vont déterminer ce que vous allez pouvoir porter car, par exemple, il faut beaucoup de force pour pouvoir utiliser une énorme épée à deux mains, tandis qu’un arc demandera plutôt de la dexterité. C’est aussi le cas du poids de votre armure qui peut vous ralentir et vous empêcher d’esquiver si votre personnage n’est pas apte à porter au minimum 70% du poids total de votre équipement.

Dark_Souls_II_Scholar_of_the_First_Sin_7_1427899037

Mais Dark Souls, c’est aussi une licence qui a la réputation d’être difficile dans le sens où vous êtes balancé dès le début dans un endroit glauque sans aucune explication, avec des ennemis et des boss impitoyables qui se frottent déjà les mains à l’idée de vous arracher vos points de vie. Rajoutez à cela des zones géographiques, voir labyrinthesques, avec des pièges et des secrets parfois complètement tordus, où encore les fameuses règles sanctions propres à la série. Vous venez de mourrir ? Vous perdez automatiquement vos âmes au sol, et il faut donc les récupérer sinon vous perdez tout. Mais attention, vous repartez à partir du dernier feu (ndlr : checkpoint) en mort-vivant, un état qui diminue le niveau maximum de votre barre de vie à chaque mort tant que vous n’utilisez pas une humanité… et tous les ennemis réapparaissent aussi !!!  Le stress s’accumule et on comprends très vite qu’il faudra être patient, pragmatique et utiliser à bon escient toutes les possibilités offertes par le jeu.

Dark_Souls_II_Scholar_of_the_First_Sin_8_1427899041

Parlons des feux par exemple. Ceux-ci sont utiles pour se téléporter, s’équiper des magies mais aussi comme checkpoint. Ainsi, votre but sera d’essayer de les trouver pour faciliter votre progression et aller plus rapidement là où vous le voulez sans devoir affronter à nouveau les ennemis depuis le début du jeu, car il faut parfois revenir en arrière pour trouver de nouvelles zones qui donnent elles-mêmes accès à de nouvelles zones avec tout un tas de choses à trouver. Ces feux sont aussi utiles pour améliorer la puissance de vos fioles d’Estus ou même augmenter la difficulté des ennemis et boss d’une zone pour découvrir des objets cachés qui sont en principe disponibles qu’en New Game +. Vous pouvez aussi prêter serment à des factions pour récolter des items et parfois faciliter certains passages puisque certains ennemis ne vous attaque plus à certains endroit. Je pense au serment avec les rats où il faut les protéger des autres joueurs qui rentrent dans la zone. On fini par tout piéger et récolter tranquillement l’expérience des autres joueurs qui ne s’attendant pas à ce qui les attends.

Dark_Souls_II_Scholar_of_the_First_Sin_9_1427899044

Parce que Dark Souls bénéficie d’une dimension sociale vraiment exceptionnelle. Vous pouvez envahir les autres joueurs en pleine partie et voler leur âmes alors qu’ils essayent tant bien que mal de traverser la zone !!! Vous pouvez aussi laisser une marque d’invocation pour les aider à vaincre un boss difficile, voir même laisser des messages au sol pour indiquer un piège, une embuscade, une astuce et même les passages dérobés comme un mur illusoire. En pleine partie, on peut régulièrement voir des personnages blancs et transparents qui sont en fait des joueurs qui se trouvent dans leur propre monde. Tous un tas de mécanismes sont mis en place pour dénoncer les joueurs qui abusent de ce système et qui seront inévitablement la cible de certaines représailles par les joueurs qui pourront retrouver ces envahisseurs peu scrupuleux avec des amis. C’est complexe mais ça rends l’expérience Dark Souls assez exceptionnelle tant les possibilités sont vastes. Pensez-vous qu’il faut croire un joueur qui laisse un message qui dit de sauter dans un trou ? Vous pouvez même noter les messages de manière positif et influencer d’autres joueurs qui vont bêtement sauter dans un trou parce qu’ils ont vu que le message a été apprécié 50 fois. Non franchement, même si ce n’est pas du multijoueur classique, l’aspect social est tout bonnement génial.

Dark_Souls_II_Scholar_of_the_First_Sin_11_1427899051

Côté gameplay, le jeu essaye d’être réaliste au possible avec un bouton pour les attaques rapides et un bouton pour les attaques lourdes, un autre pour parer, l’autre pour lever son bouclier. On peut aussi courir, sauter, effectuer une roulade, utiliser un item ou encore locker l’ennemi. Toutes ces actions consomment de l’endurance et il n’est donc pas possible de garder son bouclier levé pendant des plombes ou de frapper indéfiniment vos adversaires. Il convient donc de jouer avec un certain timing, et de savoir quoi faire au bon moment pour ne pas devenir un sac de frappe devant un groupe d’ennemis (ndlr : ou un envahisseur). Il vous appartient de décider comment jouer en vous équipant de manière efficace avec un style de jeu propre, voir différent pour surprendre les envahisseurs en ligne. Vous pourriez par exemple surprendre un joueur en utilisant par exemple une arme rapide dans la main gauche et une arme plus rapide dans la main droite. J’ai même vu des joueurs qui avaient des épées à deux mains dans chaque main !!! Plus vous prenez de risque en jouant avec audace, plus vous avez de chance de démolir vos adversaires.

Dark_Souls_II_Scholar_of_the_First_Sin_18_1427899075

Maintenant que les nouveaux savent, en partie, à quoi s’attendre dans un Dark Souls, j’aimerais parler des défauts du second opus et plus particulièrement de ce portage next-gen complet et amélioré. Je vais être honnête, j’ai beaucoup moins apprécier cet opus que le premier Dark Souls ou encore Demon Souls, la faute à des zones qui sont souvent peu inspirées, des approximations de gameplay qui n’était pas présentes dans les anciens opus tels que les coups des ennemis qui passent à travers les murs, des coups qui touchent de plein fouet alors que l’ennemi se rétablit justement de son attaque (recovery), des zones de dégâts (hitboxes) complètement petées ou encore des dégâts qui s’enclenchent alors que vous avez bel et bien tuer l’ennemi, avant même que le coup de l’ennemi soit visible. Ce genre d’incohérences pullulent dans Dark Souls 2 et on pestera contre ces petits problèmes qui n’étaient pas présent à ce point dans le premier Dark Souls. Cette réédition next-gen va même jusqu’à reprendre des bugs de la version PC dont le fameux bug de l’usure des armes, preuve qu’aucun effort n’a été fourni au niveau de l’équilibrage du titre.

Dark_Souls_II_Scholar_of_the_First_Sin_20_1427899082

Autre détail embêtant, les développeurs ont été jusqu’à booster la difficulté de Dark Souls 2 de manière totalement irréfléchie. Si on salue le changement de la position des ennemis qui avait déjà été mentionné avant la sortie, on peut se poser la question de l’intérêt d’avoir multiplier le nombre d’ennemis. A vrai dire, je n’étais pas au courant avant que l’on m’en parle puisque j’attendais une version next-gen complète, mais par moment, le jeu se transforme limite en hack’n slash avec une dizaine d’ennemis en même temps, et ralentit la progression au point d’en devenir gavant parce que c’est du tirage en longueur inutile. Pire, FromSoftware a cru bon de placer des personnages pétrifiés bloquant l’accès à certains feux. Si vous n’avez pas l’objet adéquat dans votre inventaire pour dépétrifier le personnage, vous n’aurez pas le choix de recommencer une bonne partie de votre progression si vous mourez. Ce sont des changements qui n’avaient pas lieux d’être pour être honnête car cette version améliorée apporte son lot de points négatifs qui viennent malheureusement effectuer un contre-poids dans la balance. Dark Souls, ce n’est pas supposé être du tirage en longueur avec une difficulté artificielle, tout comme ce n’est pas non plus un jeu qui vous donne des excuses car son équilibrage est souvent au ras des pâquerettes.

Dark_Souls_II_Scholar_of_the_First_Sin_6_1427899035

Finalement, partant d’une bonne intention, les développeurs ont voulu pimenter l’expérience Dark Souls au point de ne pas toujours respecter fidèlement l’esprit Dark Souls. J’ai beau apprécié la série comme un fou, je croise secrètement les doigts pour que les développeurs commencent à mettre en place quelques updates visant à améliorer certains aspects négatifs de cette édition. Attention, Dark Souls II: Scholar of the First Sin reste un excellent titre qui vous scotchera assurément pendant de très nombreuses heures de jeu une fois les premières heures passées parce que l’expérience Dark Souls est exceptionnelle, mais il faut le dire sincèrement, cette version est plus difficile que le jeu original et pas dans le bon sens du terme. Pour les habitués, on peut dire qu’il ne retrouveront plus vraiment leurs marques au premier abord puisque la disposition et l’accès à certaines zones ont été modifiées pour vous permettre de redécouvrir le titre sous un nouveau jour.

Meteora Cedric

Publicités