[Test] Final Fantasy XV sur Xbox One

ffxvban

Après 10 années d’attente, Final Fantasy XV est enfin disponible et je tiens à remercier une fois de plus la boutique qui m’aura permis de vous donner mes impressions à temps. Alors, je fais un petit rappel sur ce J-RPG qui a beaucoup changé depuis les différents trailers de l’E3. A l’époque, il faut savoir que Final Fantasy XV se nommait Final Fantasy Versus XIII et faisait partie du projet Fabula Nova Crystallis. D’ailleurs, il était même annoncé comme étant une exclusivité pour la Playstation 3 et n’avait pas du tout la même atmosphère. Mais abordons directement le scénario de départ en évitant de vous dévoiler quoi que ce soit. Vous êtes le prince Noctis, le fils du roi Regis Lucis Caelum qui est le 113ème roi de la famille Royale de Lucis, et vous êtes accompagné de 3 amis qui ont pour but de vous protéger quoi qu’il arrive. Votre but premier sera de rejoindre Lunafreya, l’oracle qui se trouve à Altissia, et je n’en dis pas plus mais vous vous doutez bien que rien n’est aussi simple dans un Final Fantasy et que l’on ne sait jamais prédire où la route va nous mener.

ffs1 ffs2

La grande particularité de ce nouveau Final Fantasy XV, c’est la map ouverte qu’il est possible d’explorer dès le début du jeu afin de trouver des quêtes, récolter des trésors, des ingrédients pour la cuisine d’Ignis ainsi que des ennemis à chasser. Pour vous aider à progresser dans le scénario, ces quêtes « annexes » seront utiles dans le sens où il sera nécessaire de renforcer vos personnages avec de l’équipement et des items. Forcément, tout ça coûte de l’argent et votre statut de prince ne vous aidera pas mais vous pouvez comptez sur le soutien et les aptitudes de vos alliés afin de vous faciliter la vie. Par exemple, Noctis peut aller pêcher afin de ramener des poissons et ceux-ci seront utilisés dans les recettes d’Ignis lorsque vous allez vous reposer dans un campement; ce qui vous permet d’obtenir des bonus forts intéressants mais aussi de faire d’une pierre deux coups en montant de niveau. Notez que chaque montée de niveau ou action spécifique comme les dialogues entres les personnages, la réalisation des quêtes ou certaines actions en combat vous permettent de débloquer des points de compétences à utiliser dans l’un des 9 sphériers.  

ffs4 ffs6

Fort heureusement, vous ne passez plus autant de temps à courir depuis la mise à jour de ce matin puisqu’il est désormais possible de vous téléporter directement dans votre véhicule. La fameuse Regalia, le véhicule royal vous accompagnera pendant toute l’aventure à un point tel que l’on peut le considérer comme étant le 5ème membre de votre équipe. Celle-ci peut être améliorée chez Cindy, la mécanicienne de Hammerhead qui n’hésitera pas à vous donner quelques quêtes histoire de gagner de l’argent et de booster votre véhicule à point que vous n’imaginez pas mais je vous laisse la surprise. Sachez simplement que votre véhicule vous conduira d’un point à un autre en temps réel tant que vous avez suffisamment d’essence et que vous pouvez soit conduire vous-même, soit laisser le volant à Ignis votre chauffeur. Cependant, n’imaginez pas qu’il soit possible de conduire n’importe comment en dehors des routes, votre véhicule se déplace comme si il se trouvait sur un rail et ne peut absolument pas en sortir.  Le point positif si vous arrivez à supporter les chargements beaucoup trop long, c’est que vous pourrez vous téléportez directement vers une pompe à essence ou un autre endroit que vous avez déjà découvert.

ffs7 ffs5

Maintenant, pour en venir au battle system ou plus simplement les combats de Final Fantasy XV, il faut savoir que vous contrôlez Noctis mais qu’il est possible de donner des ordres à vos personnages pour qu’ils déclenchent des attaques spéciales. On se rend vite compte dans les combats les plus difficiles que la synergie entre les personnages est très forte et qu’il faut absolument utiliser les spécialités de chacun afin de triompher au plus vite d’un adversaire car les ennemis de Final Fantasy XV frappent fort !! Vous serez souvent mis à terre mais vous pourrez compter sur vos amis pour vous relever, booster vos dégâts, vous prévenir d’une stratégie particulière et ça rend finalement le tout très dynamique. Noctis peut faire apparaître des armes fantômes, il peut foncer vers son adversaire et s’éloigner grâce aux assauts éclipses, il peut parer les attaques, esquiver et réaliser des combos de toute beauté. Vous pourrez également compter sur la magie et son système de craft mais aussi sur les invocations qui sont visuellement hallucinantes; c’est à vous décrocher la mâchoire tellement c’est impressionnant !!!

ffs9 ffs8

Alors, pour être honnête, je suis passé par tous mes états avec Final Fantasy XV. Parfois, je me suis ennuyé, parfois j’en ai eu des frissons, et je me rends compte que, dans sa globalité, Final Fantasy XV a eu un effet yo-yo sur moi. Que ce soit le scénario, le système des combats, les musiques, l’univers, la cohérence, les émotions, on passe du bon au moins bon, du génial au très mauvais. J’ai eu un peu cette sensation que les différentes parties du jeu avaient été rafistolées en une pièce à la dernière minute. J’ai adoré Final Fantasy XV mais pas pour son monde ouvert bizarrement, c’est la seconde partie linéaire qui m’a vraiment scotché. Une seconde partie qui, selon-moi, est beaucoup plus rythmée et dynamique, où les révélations s’enchaînent avec des scènes qui m’ont fortement marquées. Le plus étrange dans tout ça, c’est que je redécouvre la partie monde ouvert sous un autre oeil depuis que je l’ai terminé, comme si les développeurs auraient du placer la première partie du jeu en monde ouvert après la seconde partie du jeu linéaire. Pour ma part, j’ai adoré Final Fantasy XV mais ça s’est fait progressivement, surtout que la version Xbox One fait peine à voir par rapport aux consoles concurrentes et c’est bien peu de le dire.

Meteora Cedric

Publicités

[Test] Ultimate Marvel vs. Capcom 3 sur Xbox One

Sorti en 2011 quelques mois après Marvel vs . Capcom 3 sur Xbox 360 et Playstation 3, Ultimate Marvel vs. Capcom 3 débarquait avec ses nouveaux personnages, le mode « Héros et Hérauts » directement inclus ainsi qu’un boss géant que l’on ne présente plus puisqu’il s’agit de Galactus. Aujourd’hui, Capcom propose de (re-)découvrir Ultimate Marvel vs. Capcom 3 en 1080p/60fps sur les dernières consoles de salon avec un mode galerie en bonus et franchement, pour 25€, c’est une excellente idée quand je vois le nombre d’amis fans Marvel qui n’avaient pas mis les mains sur le jeu à l’époque de la sortie. Enfin, après une bonne dizaines d’heures sur le jeu avec un ami, on s’éclate toujours autant à balancer des combos dévastateurs. Il faut dire que Ryota Niitsuma et son équipe avaient fait un sacré bon boulot avec le gameplay de ce troisième opus en proposant des personnages variés qui avaient tous leur petite particularité. En effet, c’est un détail que je trouvais particulièrement admirable à l’époque mais on retrouve des éléments venant des jeux originaux dans la façon de jouer chaque personnage. Les développeurs n’ont pas simplement copier le design des personnages Capcom pour ensuite créer un moveset totalement imaginaire.

Dans Ultimate Marvel vs. Capcom 3, vous allez pouvoir exploiter les spécificités des 50 personnages avec les tenues bonus qui étaient disponibles en DLC. Vous pourrez, par exemple, vous faire une équipe avec Wolverine des X-Men, Ryu de Street Fighter, et Dante de Devil May Cry afin d’enchaîner les combos aériens et finir en beauté avec une furie de toute beauté. Comme j’avais déjà passé pas mal de temps sur les opus précédents, je savais déjà que le gameplay regorge de subtilité mais, à vrai dire, certains mécanismes ne sont utiles que si vous désirez jouer à haut niveau. Quelqu’un qui veut juste sélectionner ses personnages favoris et s’amuser contre l’ordinateur aura largement de quoi passer le temps; d’autant plus qu’il y a pas mal de modes intéressants si vous êtes plutôt du genre à jouer seul dans votre coin. C’est le cas du mode « Héros et Hérauts » qui permet de collectionner des cartes plus ou moins rares allant jusqu’à modifier certains aspects du gameplay selon les combinaisons, ou du mode mission qui vous demandera de réaliser certains combos difficiles mais pas forcément insurmontables; enfin ça dépend de votre affinité avec le gameplay du personnage en question car certains combos nécessitent un timing particulier et une bonne compréhension des subtilités de leur moveset.

Autre détail fort sympathique, ce sont les fin du mode arcade (ndlr : parfois très drôles avec des personnages exclusifs) que l’on débloque en donnant le coup fatal à Galactus même si ça nécessite de donner chaque coup final avec les 50 personnages du roster puisque les fins des coéquipiers ne se débloquent pas. L’avantage c’est que le mode arcade est assez rapide à finir par rapport à d’autres jeux du genre et vous pourrez revoir les fins dans le mode gallerie avec les biographies, les illustrations, les cinématiques, l’artbook « Marvel vs. Capcom Official Complete Works » (ndlr: GÉNIAL !!!) et beaucoup d’autres. Il est même possible d’écouter les musiques, les sons, de modifier les voix d’un personnage particulier vers la version américaine ou japonaise, de débloquer des titres en accumulant les points pour personnaliser sa carte et la montrer en ligne à vos potes. Alors franchement, vu le prix, ça vaut vraiment le coup, surtout qu’on a beaucoup de choix au niveau des jeux de combat sur Xbox One. Le seul détail qui m’a vraiment ennuyé sur Xbox One et qui est entièrement de la faute à Microsoft, c’est le fait que je n’ai pas pu utiliser mes sticks arcade Xbox 360 sur Xbox One alors qu’il est tout à fait possible de le faire sur Playstation 4. Ultimate Marvel vs. Capcom 3 est disponible dès maintenant pour 24,99€ sur Xbox One et je vous le conseille absolument en attendant la sortie de Marvel vs. Capcom: Infinite plus tard dans l’année.

Meteora Cedric

[Test] Megaman Legacy Collection sur Xbox One


Développé par Digital Eclipse, Mega Man Legacy Collection propose de découvrir ou bien de redécouvrir les 6 premiers épisodes de Mega Man avec une finition HD et de nombreux bonus. En effet, grâce au Eclipse Engine, le jeu conserve son charme d’antan tout en proposant quelque chose de plus lisse et propre sur nos écrans. Après un petit essai sur le premier niveau, (ndlr : j’ai terminé les 3 premiers Mega Man et tester les 3 suivants pour le test), je me dirige vers les bonus du menu principal où il est possible d’écouter toutes les musiques des 6 premiers Mega Man en excellente qualité. C’est l’occasion aussi de faire un tour dans le mode défi, le fameux « Challenge Mode » qui donnera certainement du fil à retordre à tous ceux qui tenteront de battre tous les boss les uns après les autres, ou encore de traverser des segments de niveaux pris au hasard et rendus plus difficiles pour l’occasion. 

image (7) image (6)

Un autre mode qui m’a particulièrement intéressé, étant fan du Blue Bomber, c’est le « Museum Mode » qui contient pleins de concepts originaux ainsi que des artworks sur les 6 jeux. En fait, c’est simple, Mega Man Legacy Collection est lui-même une sorte d’artwork depuis la sélection des jeux jusqu’à la présence des « cadres » lorsque vous jouez à l’un de 6 jeux. Alors, bien entendu, vous pouvez jouer en mode plein écran et même modifier les filtres pour avoir cette sensation de jouer à la version nes, voir même une vieille télé. Mega Man Legacy Collection n’est d’ailleurs pas avare avec les options disponibles, vous pourrez personnaliser à peu près tout et n’importe quoi, et il est même possible de sauvegarder et charger la partie à n’importe quel moment; détail qui pourra faire criser les puristes, mais ça à le mérite d’être présent.  Classements et replays de vidéos : les fans pourront visionner des replays de vidéos.

image (8) image (4)

Côté gameplay, la nostalgie opère toujours. Vous contrôlez bien évidemment Mega Man, ce petit personnage qui tire des boules jaunes et qui va devoir traverser des niveaux afin d’obtenir le pouvoir d’un boss. Ce même pouvoir qui permettra de battre le boss d’un autre niveau plus facilement voir même de trouver des bonus cachés. Les jeux Mega Man sont connus pour être particulièrement difficiles par moment mais ils représentent plus un challenge que de la difficulté mal dosée comme certains jeux de l’époque. Alors, on regrette un peu l’absence des épisodes 7 à 10 mais, vu le prix et les bonus offerts, vous passerez un super moment sur cette compilation. Si Capcom pouvait sortir une compilation avec les Mega Man X, ce ne serait pas de refus les amis !!! Mega Man Legacy Collection est actuellement disponible sur Xbox One pour 14,99 €.

 

Meteora Cedric

[Test] Stranger of Sword City sur Xbox One

SOSC
Salut les amis, aujourd’hui on va parler de Stranger of Sword City sur Xbox One. Il s’agit d’un RPG qui, contrairement à la description sur Xbox.com, est un dungeon RPG et non pas un hack’n’slash. En effet, le jeu n’a rien à voir avec un Diablo mais il se rapproche plus d’un Shin Megami Tensei voir même d’un Wizardry pour ceux qui connaissent ces deux licences. Donc, on se retrouve dans la peau d’un personnage que l’on va créer sois-même comme le reste de son équipe et au début on ne sait pas directement pourquoi il est là. Le but sera d’explorer des donjons afin de trouver de nouveaux trésors, réaliser des missions et renforcer son équipe avec de nombreuses possibilités qui raviront les fans du genre à coup sûr. Je vais préciser d’entrée de jeu que l’on a le choix entre la langue anglaise ou japonaise mais que l’anglais utilisé ne demande pas un niveau très poussé si vous hésitez à vous lancez dans l’aventure.

image (18) image (20)

Pour débuter, parlons du scénario puisque c’est un élément important pour l’immersion dans ce style de jeu. Votre personnage se retrouve dans un monde qui n’est à priori pas réel avec des avions écrasés et d’autres éléments qui ne trouvent habituellement pas leur place dans l’univers dans lequel il est tombé. Il faut savoir qu’avec Stranger of Sword City, on est en plein dans l’univers « Heroic Fantasy » avec des guildes, des magiciens, des coffres piégés et tous les éléments connus que l’on retrouve dans les jeux de rôle Dungeons & Dragons. Ainsi, les premiers personnages qui vous accostent à Sword City vous font comprendre que vous avez un don que les autres n’ont pas. Vous êtes l’élu et vous pouvez absorber les « blood crystals » des monstres de type lignée; des monstres plus puissants que la moyenne.

image (17) image (16)

En offrant ces fameux crystals de sang aux serviteurs des divinités, vous aurez non seulement un contrôle sur l’une des fins potentielles mais aussi sur certaines compétences que vous pourrez obtenir. Je ne vais pas vous spoiler le scénario car je n’ai, à vrai dire, toujours pas terminer Stranger of Sword City mais le scénario tient plutôt bien la route. Mais là où le jeu tient véritablement ses promesses c’est sur le plan gameplay avec la possibilité de personnaliser ses personnages de manière très complete. Vous aurez en effet la possibilité de sélectionner la race de votre personnage, sa classe, effectuer des rolls à volonté avec la chance d’obtenir des points bonus dans ses statistiques, sélectionner une image, sa voix, son nom, son surnom, l’équiper des pieds à la tête, faire évoluer ses compétences, changer de classe et beaucoup d’autres. C’est simple, c’est vous qui gérez votre équipe à la guilde et la mise à terre d’un personnage nécessitera du temps de repos.   

image (21) image (19)

Les combats dans Stranger of Sword City peuvent être relativement difficiles si vous n’êtes pas préparer ou trop gourmand. Il n’est en effet pas rare de devoir retourner fréquemment à la base pour identifier ses découvertes, revendre ce qui est inutile et acheter des items qui serviront à mieux explorer les donjons. L’un des éléments de gameplay que j’ai absolument adoré dans Stranger of Sword City, c’est sa manière de proposer des objets rares et uniques n’importe où, n’importe quand. Il existe d’ailleurs plusieurs manières de les obtenir, que ce soit en analysant ses trouvailles pendant ou après un donjon, en se cachant pour tendre une embuscade aux ennemis avec des points de morale et ainsi viser des coffres précis, ou encore grâce aux mimics qui se nourissent des items uniques pour en refaire de nouveaux. Pour ma part, je vais poursuivre mon aventure sur Stranger of Sword City puisqu’il s’agit de l’un de mes coups de coeur du moment. Si il vous intéresse, Stranger of Sword City est actuellement disponible sur Xbox One pour 35.99€ et il vaut clairement son prix si on aime les dungeons RPG.

Meteora Cedric

[News] Gigantic : date de sortie, mise-à-jour et promotion !!!


 Perfect World a annoncé que Gigantic sera disponible le 20 juillet sur Xbox One, Windows 10, Arc et Steam. Pour fêter ça, une mise à jour est disponible dès maintenant pour la bêta ouverte. 

 Que contient cette mise-à-jour exactement ?

La possibilité de faire des parties contre l’IA, un tutoriel refait, le rajout du chat vocal, et une nouvelle interface. Et c’est pas tout les amis pusique tous les joueurs de Gigantic recevront un cadeau !!! À partir d’aujourd’hui, les joueurs qui se connecteront au jeu et termineront une partie sur Arc recevront le skin Arc électrique de Tripp, et ceux qui feront de même sur Windows 10 et Xbox One recevront le skin Excelsior de Tyto le vif.

 Le pack fondateur de Gigantic est en promotion !!!

Vous vous souvenez du fameux pack fondateur qui contient 175€ de contenu, j’avais eu la possibilité de vous en faire gagner deux. Et bien, celui-ci est actuellement en promotion à 29,99€ et il va disparaître le 20 juillet en même temps que la sortie du jeu !!! Pour rappel, le pack fondateur de Gigantic donne accès aux 18 héros actuellement disponibles, aux deux prochains héros qui seront disponibles un peu plus tard et d’autres récompenses exclusives. Donc, si il vous intéresse, profitez-en les amis car il ne sera plus disponible dans 20 jours…

Meteora Cedric